Maison Marie-Rollet


Le témoignage de Ghislaine

C’est en me rendant au CLSC que l’on m’a conseillé d’appeler à la Maison Marie-Rollet. De retour chez moi, j’ai décidé d’appeler et l’intervenante qui m’a répondu m’a apaisée. J’en étais à ma quatrième tentative de départ. En me dirigeant là-bas, j’ignorais que je quittais pour toujours la violence. J’avais 64 ans et j’étais mariée depuis 42 ans.

Quand je suis arrivée dans cette magnifique maison, l’accueil chaleureux me donna du courage. C’était le début de ma difficile marche vers la liberté. Durant ma première nuit, je me suis réveillée. Dans ma tête, le mot « merci » résonnait sans cesse. C’était incroyable comment je me sentais bien. La présence des enfants au cœur de cette maison m’était tellement bénéfique. Malgré mon désarroi, je ressentais la joie de vivre.

La jeune intervenante qui m’a soutenue dans cette épreuve, je dirais qui m’a « portée » durant mon long séjour, fut d’un professionnalisme remarquable. Jamais je n’oublierai l’écoute attentive qu’elle m’offrait, sa compréhension et le respect qu’elle avait à mon égard. Son sourire d’encouragement m’était très précieux.

J’ai profité au maximum des rencontres de groupe, elles étaient indispensables pour moi. Nous partagions nos expériences, les autres femmes  vivaient comme moi les conséquences douloureuses de la violence dans leur vie. Ces rencontres m’ont aidée à retrouver confiance en moi. J’ai travaillé à éloigner les peurs qui m’envahissaient, à vaincre le cycle de la violence. J’ai compris que partir était une preuve de courage et de force.

Merci à toutes les intervenantes, généreuses de leur présence et de leur soutien, et à toutes celles qui oeuvraient pour rendre réconfortant notre séjour dans cette maison d’hébergement si chaleureuse.

Aujourd’hui, je vis seule et heureuse dans un appartement plein de lumière. J’ai obtenu mon divorce et j’ai conservé précieusement l’amour de mes deux fils. Quelle chance j’ai eue, merci la vie !

Ghislaine